Processus de perception

Andreas Bayer, commissaire d’exposition, s’explique sur son choix des artistes de Sarrebruck

Artistes et évolutions esthétiques marquants en Sarre et dans la région ont été posés en exemple par la «SaarART 2013», dixième édition de l’exposition organisée par le Land de Sarre, le plus vaste projet artistique organique de la Grande Région. La scène artistique sarroise actuelle y a été présentée en une sélection de projets artistiques de portée nationale et internationale, déclinés dans des techniques aussi multiformes que qualitativement exigeantes.
Une fois encore, cette exposition et sa centaine d’artistes disséminés sur les neuf sites dédiés aux projets ont démontré que la remarquable scène artistique se développe aussi progressivement au plan topographique, à l'écart des métropoles de l'art existantes et en dehors des tendances du marché.
L'École Supérieure des Beaux-Arts de la Sarre établie à Sarrebruck, la capitale du Land de la Sarre, s’inscrit dans la tradition des institutions qui l'ont précédée, et occupe ici une fonction essentielle, joue un rôle de moteur. Aussi semble-t-il opportun que la sélection des artistes de Sarrebruck pour le Prix d'Art Robert Schuman 2015 offre un aperçu exemplaire des diplômées et diplômés des récentes promotions.
Avec Juliana Hümpfner, Simon Kloppenburg, Peter Strickmann et Claudia Vogel ont été sélectionnés quatre artistes dont les travaux se distinguent par un purisme prodigieusement condensé, à ancrer au-delà des maniérismes fondés sur le médium. D’autre part, les artistes nommés se montrent jusqu'à ce jour particulièrement systématiques dans leur évolution, aussi – bien que par ailleurs foncièrement en constant devenir – la posture artistique formulée se révèle-t-elle déjà accomplie et convaincante.

Même si les approches techniques et la réalisation formelle déploient des procédés divers, les artistes présentés pour le Prix d'Art Robert Schuman 2015 ont toutefois en commun de rendre thématiques, in- telligibles et perceptibles les processus de perception externe et interne suscités par leurs travaux et projets.
L'accomplissement s’opère avec une souplesse salutaire, sans théorisation conceptuelle, dans l'épanouissement et la réception immédiate, sensuelle, des œuvres.

Le travail de Juliana Hümpfner est guidé par des motifs basés sur le figuratif, le concret qui, dans le processus de travail, relativisent leur rapport au monde réel, et sont transformés en une forme picturale définie par une gestuelle libre qui suscite l'émotion.
Simon Kloppenburg formule dans son œuvre des aspects plastiques et visuels en lien avec l’espace du vécu intime et des qualités de perception propres à chacun, parvenant ainsi à décrire des situations omnisensorielles.
Peter Strickmann représente l'art sonore, définissant les facettes de son travail dans la ligne d’action de la performance aussi bien que dans les contextes situationnels de la référence au lieu.
Claudia Vogel thématise et analyse dans ses travaux la relation entre la couleur et la matérialité, en tant que véritables composantes picturales, et formule en même temps un questionnement esthétique des constituants canoniques du panneau peint inscrit dans la tradition.

Les artistes représentant la ville de Sarrebruck dans le cadre du Prix d'Art Robert Schuman 2015 couvrent, de ce fait, le spectre des champs d'action artistiques actuellement possibles et, dans le développement de leur œuvre, s’affranchissent largement de la conformité aux standards du marché.

 

Andreas Bayer