Gilles Pegel

Gilles Pegel

Sculpture, installationLuxemburg

Biographie

1981 né à Esch-Alzette 2001-2005 Licence en arts plastiques, visuels et de l’espace de l’Enseignement supérieur artistique de type long et de niveau universitaire, ISLAP/ ERG (École de Recherche Graphique) Bruxelles, Belgique. Vit et travaille au Luxembourg

Expositions personelles

2014 Labo (untitled), in the framework of Fabien Giraud and Raphaël Siboni’s The Unmanned show, Casino Luxembourg, Luxembourg 2012 Emergency – S.O.S design made in Luxembourg, Maison du Luxembourg, Bruxelles, Belgique, Commissaires: Anna Loporcaro et Steph Meyers 2010 Moving Worlds – Roundabout II, Triennale Jeune Création, Lieu satelite KIOSK/AICA, Luxembourg, Commissaire: Didier Damiani

Contact

www.medium.lu

Les travaux artistiques de Gilles Pegel thématisent la condition humaine et des sujets d’aujourd’hui. Il est un «enfant de son temps» qui s'intéresse aux évolutions économiques et technologiques actuelles et, partant, aux phénomènes de société qui en résultent. Pegel pose un nouvel éclairage sur les choses et incite ainsi l'observateur à réfléchir. Les moyens et matériaux qu'il a sélectionnés revêtent ici un rôle essentiel dans l'interprétation de ses travaux.
Ce n'est qu'au second degré qu'ils servent d'expérience esthétique et visuelle.

Dans perverted chirality (2015), Pegel reprend la théorie de la chiralité: l'examen des lois de deux systèmes spéculaires. Pegel matérialise ici une méthode inventée par des chercheurs de Harvard qui offre un nouveau regard sur la science et en conséquence, au sens le plus large, sur l'humanité. Partant de lois physiques et chimiques naturelles, Pegel conçoit le modèle en 3D d'une demi-hélice, de l'anomalie d'une hélice normale suite à la modification de la chiralité. Il matérialise de la sorte ce phénomène exceptionnel qui bouleverse l'ordre et fait apparaître une forme reflétée de l'hélice. L'artiste compare cette divergence avec la déformation inexplicable de nos anciens cor- dons de téléphone.

Avec un humour mordant et avec cynisme, Pegel s'attaque à des thèmes actuels de notre société. Son discours formel est fait d'objets et de matériaux triviaux qui donnent à l'observateur à travers leur connotation une impression de sécurité. Des modifications minimes déplacent les interprétations et créent l'incertitude.

Untitled (gift) (2014) fait d'une forme innocente et kitsch un symbole de notre société et de son avenir incertain. La boule en verre pleine de pétrole brut rappelle en premier lieu une boule de neige. Le contenu trouble estompe toutefois les images idylliques courantes et renvoie à un avenir sombre. La boule peut aussi se concevoir comme une boule de diseur de bonne aventure. Le tapis de pétrole à l'intérieur de la boule critique notre société et sa gestion de nos ressources.

Avec knowledge (2012), une boîte entomologique contenant neuf bâtons de craie, Pegel symbolise l'évolution constante de notre savoir. L'utilisation de la craie renvoie à la transmission du savoir scolaire, tandis que l’exagération de la présentation transforme les morceaux de craie en quelque chose de précieux et symbolise la valeur de l'instruction.

A complete understanding is no longer possible (2013) prend appui sur les nouvelles possibilités technologiques de collecte et d'archivage du savoir dont nous disposons aujourd'hui. Les volumes encyclopédiques pressés en blocs compacts représentent symboliquement l'excédent insaisissable d'information et de savoir. Les serre-joints symbolisent la compression en données enregistrables. L'installation rappelle un dispositif d'archivage ou des serveurs en rack tels qu'on les utilise pour le stockage de données numériques. Pegel thématise les progrès de l'accès au savoir infini, tout en se référant en même temps au constat désenchanteur et décourageant que l'appréhension du tout n'est simplement plus possible.

Les guillemets en acier inoxydable matérialisent l'abêtissement progressif de la société par les gros titres dans les médias sociaux fréquemment consultés. La sculpture In quotes we trust (2012) symbolise la quête effrénée aux taux de réussite dans les réseaux sociaux. Pegel critique ici le partage aveugle, les «j’aime» et les «posts» de prétendus informations et contenus qui la plupart du temps n'ont pas fait l'objet de recherches et souvent sont totalement hors contexte.
Vous découvrirez les travaux de Gilles Pegel en plusieurs endroits du Simeonstift. L'observateur aura ainsi la possibilité d'établir des liens entre les inventions artistiques de Pegel et la collection existante. Entre les objets historiques du musée et les travaux contemporains s'instaure un dialogue.

 

Daniela Del Fabbro